Menu

Retour sur le XI° Rallye Monte Carlo Historique

5 de nos équipages étaient engagés dans ce XI° Rallye Monte-Carlo Historique. Cela restera une édtion particulièrement difficile. Une fois de plus, les conditions météo auront joué un grand rôle dans le déroulement de l’épreuve.

Vendredi matin. Vérifications techniques au Parc des Expositions de Reims. Dehors, il tombe des cordes. Nous profitons du hall pour faire une petit réceptif à la fois pour ce départ mais aussi pour fêter les bons résultats de Didier, Damien et François à la Ronde Hivernale de Serre-Chevalier et de Damien au Neige et Glace. Alors que nous mettons les voitures en parc fermé autour de l’Hôtel de Ville de Reims, la pluie se calme et le froid lui succède. C’est un de nos équipages qui aura le privilège de partir en première position sur le podium de départ avec Didier Buhot et Jean-Marie Biadatti sur MG B. Le parcours de concentration est particulièrement long cette année avec plus de 970 kms à parcourir jusque Valence. Après un peu de neige dans le secteur d’Avirey-Lingey, nous prenons cette année la direction d’Auxerre avant de revenir sur Langres en milieu de nuit. C’est là que nous trouverons la neige. Tout d’abord, dans le ciel, puis après Seine l’Abbaye, sur la route. L’arrivée à Beaune au petit matin et le petit déjeuner qui nous y attends sera le bienvenu pour tout le monde. Ensuite, direction le Jura avec de nouveau de la neige au dessus de Clervaux jusqu’à St Claude. Les derniers secteurs, plus courts, nous emmènerons successivement à Bourgoin-Jallieu, Mauves et enfin Valence après 21 heures de route. Tous nos équipages arriveront sans encombre.

Dimanche matin, départ pour l’Ardèche avec pour hors d’oeuvre le mythique col de la Fayolle, pratiquement entièrement sec. Ce sera une autre histoire dans Burzet avec la Burle qui souffle sur le plateau et qui fait disparaitre la route ! S’en suivront St Bonnet le froid entièrement sec et Lalouvesc dans des conditions similaires. Une journée sur le sec, qui fait que les écarts sont minimes. Damien tire son épingle du jeu, mais au delà de la 100ème place tout de même, Didier et Fred suite à des problèmes d’étalonnage pointent bien loin, puis nous trouvons Jacky et notre équipage savoyard.

Lundi matin, changement de décor. C’est sous les trombes d’eau et l’orage que nous partons de Valence. Arrivé à St Jean en Royans pour le départ du célèbre col de l’Echarasson, ça tombe toujours aussi dru, mais il s’agit de neige maintenant. Didier et Jean-Marie sont dans les tous premiers à s’embarquer dans cette spéciale. La neige colle et il est bien difficile de garder la voiture en ligne. D’autant qu’ils n’y voient pas grand chose avec la neige qui tombe. A la sortie de la spéciale, à Vassieux en Vercors, les 15 cm de neige qui recouvrent la route leurs seront fatals. Un choc avec un ralentisseur leur occasionnera des dégats irréparables au radiateur. Un équipage out. Un qui se régale dans la neige, c’est Fred qui sur la journée et malgré l’annulation d’une spéciale remontera de plus de 100 places au général ! Le rallye sera détourné par Gap pour rejoindre Briançon car le col du Lautaret est fermé.

Mardi matin, on part plein sud. Mais qui dit sud, dit encore neige ! Il faut passer par le col du Fanget. Dans la descente, Damien tapera le parapet d’un pont avec la GS. IL est alors à quelques centaines de mêtres de l’arrivée de la spéciale où des spectateurs l’aideront à redresser un peu la tôle afin de pouvoir continuer à rouler. Dans la spéciale suivante, Fred sera bloqué quelques minutes... face à un camion de la DDE qui a eu la bonne idée de passer sur la route étroite de St Antonin. Un peu énervé, il repart le couteau entre les dents... avant d’aller taper la roche quelques kilomètres plus loin. bilan : une aile arrière bien froissée et une roue crevée en pleine spéciale. Jacky rencontrera lui des problèmes de cardan avant celle-ci. Problèmes qui se renouvelleront juste avec le CH de Eze et le contraindront à l’abandon. Fred, Damien et Philippe arriveront eux sur le port de Monaco en fin d’après-midi.

Après un peu de repos, c’est le départ pour la célèbre nuit du Turini. Philippe rencontrera des problèmes de boite de vitesse l’obligeant à son tour à abandonner. Damien fait ce qu’il peut avec la GS sur ces routes au relief très prononcé. Fred, lui, va de nouveau taper dans la dernière spéciale. C’est le coté droit qui trinque - sérieusement cette fois... Comme dit Didier, on dirait un papillon qui a pris un coup de béret ;-) et pour rester dans le domaine animal, elle roule plutôt en crabe... mais elle ira au bout avec une tout petit retard au regard de ce qui s’est passé. 2 équipages au bout sur 5, on aurait bien sur préféré mieux et bravo à ceux qui sont arrivés. Ce rallye se solde par plus de 80 abandons et sur les voitures restantes, plus de 160 rentreront plus ou moins froissées !

Classement de nos équipages :

  • 111ème : Frédéric Magdziarek - Philippe Lhomme - Ford Cortina Lotus
  • 118ème : Damien Ancellin - Christian Royer - Citroën GS

Abandons :

  • Didier Buhot - Jean-Marie Biadatti - MG B
  • Jacky Molet - josé Cothenet - NSU 1200 TTS
  • Philippe Revillon - Jean-Claude Peray - Ford Escort RS 2000